AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Blame it on the alcohol ▬ Kiara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Don't you know who I am ?!
crédit : (c) Twisted Anthem
Messages : 167


MessageSujet: Blame it on the alcohol ▬ Kiara Mar 24 Avr - 16:37



Blame it on the alcohol

Plus tôt dans la soirée, aux alentours de vingt-deux heures, j'avais reçu un texto provenant d'une qui me proposait – comme d'habitude – de faire une petite sortie boire un verre avec elle. Avec moi, dire non à la fête n'est absolument pas de coutume. Ni une, ni deux, je lui avais envoyé un texto dans lequel je répondais par l'affirmatif à sa proposition. J'avais dès lors commencé à me préparer. Je filai sous la douche, et réfléchissais en même temps à ce que j'allais bien trouvé d'amusant à faire ce soir. J'étais – et ce n'était pas inconnu – de nature extrêmement joueuse et un peu trop sujet à dépasser certaines limites pourtant déjà assez permissives, en ne manquant pas d'entraîner dans la spirale quiconque se trouvant près de ma personne, avec moi. Au sortir de la salle de bain, je me dis finalement, que je verrais bien sur place, après tout, quoi de mieux de la spontanéité ? Rien, c'est bien ce que je pensais. Je perdais, pour ne pas changer, énormément de temps devant la penderie essayant une multitude de shorts, de jupes, de robes et tout cela pour finalement opter pour un jeans noir slim et un top gris style loose – puisque je ne jurais que par cela - qui laissait à l'air libre une petite parcelle de mon ventre, jamais dans la provocation je m'étais toujours dit. Par dessus, je mettais un petit perfecto en cuir ultra cintré, sans oublier bien évidement, les chaussures : escarpins sur plateaux accordé et uni avec mon top. Un rapide coup de lisseur dans ma chevelure, suivi d'assez près de la case make-up et j'étais fin prête pour faire chauffer le beau monde au VIP, oui j'étais au courant qu'il ne s'agissait que d'un bar mais bizarrement il s'y passait toujours des trucs fous quand je m'y rendais alors autant se préparer. Ce n'est que dans le taxi que j'avais pris pour faire le trajet jusqu'au night club que je reçu un autre texto de la part de cette bonne pote avec, si tout avait été comme prévu, j'aurais dû normalement passer la soirée. Elle m'informait qu'elle avait un gros empêchement et qu'elle ne pouvait donc plus venir. Je n'avais aucun droit de la blâmer, même si cela me mettait légèrement en rogne, elle ne l'avait sans doute pas fait exprès. C'était cool tout de même, j'avais mis une bonne heure à me préparer et je me trouvais à présent à cinq petites minutes du bistrot – et encore j'étais large, tout ça pour rien ? Non, je ne pense pas ! Je décidai de m'y rendre quand même, et puis de toute manière, je possédai une faculté spéciale qui me permettait de m'amuser – au moins ou autant – toute seule de la même manière que que si j'étais accompagnée. J'entrais dans le VIP et le monde était déjà présent. Comme à mon habitude, je pris directement l'assaut d'une chaise haute de bar où le barman m'offrit le premier verre, vague connaissance de soirée. Ah, la soirée ne s'annonçait pas si mal que ça.
Spoiler:
 

_________________
Jayleen Soon, baby, soon.
(c) Tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kiara S. Everson
♔ I had the time of my life
Don't you know who I am ?!
Statut : Une (irrésistible) envie de sucré...
crédit : Queen G. (ava + sign) Liloo_59 (profil)
Messages : 295
Age : 21

If you wanna know...
quartier: Westside
Job: techniquement, je suis diplomée en droit. Après, travailler...
Age (du perso): 23 ans


MessageSujet: Re: Blame it on the alcohol ▬ Kiara Dim 29 Avr - 16:27



« Blame it on the alcohol »

Quelques jours après avoir revu mon terrible paternel, je pouvais emménager. L'appartement que j'avais choisi représentait indirectement tout ce que je détestais, pour la simple et bonne raison qu'il me faisait pensé à quel point il contrastait, -blanc, moderne, froid, immaculé- avec l'image sombre et sale d'Everson Group ; que je méprisais tout autant que mon père. En me réveillant ce matin-là donc, je n'ai pas osé me lever avant d'avoir le soleil dans les yeux qui m'agace au point de me forcer à quitter mon lit. Je n'avais rien n'a faire, ni aucune envie particulière, j'ai commencé à errer dans l'appartement. Je n'avais pas ouvert les cartons la veille, et la plus part s'entassaient désormais dans le grand salon. J'ai attrapé un paquet de cigarettes et une bière, -après tout il était déjà seize heures. Je savais que je devais ouvrir ces cartons mais je n'en avais pas le cran. Je me suis rendu sur le balcon pour m'y accoudée, et pendant un instant j'ai eu une folle envie de passer par dessus la rambarde mais habitant au dernier étage, j'ai encore préféré rentrer pour affronter mes souvenirs enfermés dans ces cartons. Je me suis assise au milieu du salon et j'ai commencé mon grand déballage. Environ 7 cartons de vêtements, 3 pour les livres, 2 pour les CD's et DVD's, et 4 sur lesquels il y avait simplement marqué « FAQ ». Les autres ne me semblaient pas urgents pour le moment, si je survivais à ceux-là en vidant moins d'un paquet de mouchoirs, je m'estimerai déjà heureuse. J'ai commencé par les plus récents, ceux qui me paraissent les plus faciles. En fait, j'ai put m’apercevoir que je n'avais que très peu de souvenirs de New-York tant j'y avais passé de temps à y être défoncée ; ça ne m'évoquait presque rien. Je suis passé aux livres/CD/DVD : je ne pensais pas avoir autant lu, à vrai dire, je ne me souvenais que très vaguement de certains bouquins, même si d'autres m'avaient beaucoup marqué. J'ai perdu du temps à vouloir classé mes DVD pour finalement abandonner quand je me suis aperçu que de tout évidence je ne savais même pas où se trouvait ma console pour les ranger. Heureusement, la chaîne Hi-Fi se trouvait dans le salon, j'ai donc eu tout loisir de sortir quelque chose pour l'utiliser tout de suite. Oubliant mes cartons, j'enchaîne les tubes qui ont marqué mon adolescence en dansant à travers mon appartement. Puis je tombe sur un CD gravé sans inscription je le met dans le lecteur, intriguée. Dès les premières notes, je reconnais la musique et met en pause aussitôt. C'était Logan qui m'avait fait cette compile pendant notre dernière année à UCLA. Jusque là, j'avais réussi à ne pas pleurer, mais apparemment, c'était peine perdue... J'ai remis le CD avant de me dirigée courageusement vers les cartons « FAQ » ; qui portaient tant de dessins et autres dédicaces qu'on y distinguait à peine les trois petites lettres.
Il était dix heures du soir quand mes yeux furent enfin taries. J'ai brusquement eu la sensation d'étouffer, et je me suis apprêtée pour aller boire un verre. Après une bonne douche fraîche, j'ai enfilé un mini-short en jean avec un simple top blanc et une paire de boots. J'ai attrapé mon sac et je suis descendue prendre un taxi. Il était environ onze heure quand je suis arrivée au VIP Bar : comme d'habitude, un bel étalage de pouf et de nouveaux riches à baffés occupaient la majorité des places, mais j'ai réussis à me trouvais un tabouret tranquille au bar. Comme d'habitude je commande une vodka citron. Une fois servie, je me tourne vers ma voisine... « Je suis désolée, mais, est-ce qu'on se connaît ? ». Je sais que j'ai déjà vu cette fille, mais impossible de me souvenir où. Tout de même, on dirait que ça devient une habitude que je tombe sur des vielles connaissance au VIP bar !
 

Spoiler:
 
code couleur parole : deeppink

_________________


Kiara Everson

Je suis une pétasse. De celle que vous ne pouvez pas supporter ; de la pire espèce, une pétasse du Westide, le genre de fille qui dépense trois fois votre salaire en deux semaines. Vous me haïssez car vous êtes persuadez que j'ai une vie de rêve. Comme si tout était si simple...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Don't you know who I am ?!
crédit : (c) Twisted Anthem
Messages : 167


MessageSujet: Re: Blame it on the alcohol ▬ Kiara Mer 9 Mai - 19:41



Blame it on the alcohol

Je n'étais certainement pas en mesure de dire si la soirée avait bien commencé ou si au contraire, cela avait mal commencé. La proposition de sortie de mon amie. Plus un. Son désistement, moins un. Un verre offert par le barman, un point de plus. Le piège de ces deux lourdeaux de première sortis de nul part qui essayaient tant mal que bien de me mettre le grappin dessus ? Environs moins dix points. Cela devait peut-être faire dix minutes que j'étais coincée entre les deux, et je ne sais pas pourquoi, tous les signaux que je leur envoyais, style chercher des yeux quelqu'un dans la salle, ne pas répondre, soupirer, leur dire même que je devais m'éclipser... Rien ne fonctionnait. Je commençais à désespérer sérieusement. Soit, je n'étais vraiment pas chanceuse comme fille, mais je veux dire, il y a des limites dans la vie quand même, soit c'était une mauvaise farce qu'on me faisait. Peut-être même que j'étais en pleine caméra caché, que ces deux hommes plus que lourds, gênants, encombrants, oppressants, tout ce qu'on voulait, qu'ils n'étaient que des comédiens et que dans deux minutes ils allaient finalement me révéler la supercherie. Mais les minutes passaient et rien ne se produisait. Oh quoique si, s'il y a bien une chose qui se produisait c'était que j'étais à deux doigts de faire le scandale du siècle. Je prenais sur moi, mettant en avant ma diplomatie, puisque de toute manière je n'étais pas du genre à hurler pour qu'on me foute la paix. Soit on me la foutait, soit j'étais foutue. Je tentais une tentative d'esquive pour la dernière fois, leur expliquant que je n'étais pas seule et que donc je devais retrouver mon compagnon. Leur faire comprendre en bref, qu'ils avaient assez abusé de mon temps – et de mon énergie aussi, mais là n'est pas la question. Inutile de préciser que ma tentative fut veine, avec mes esquives j'avais l'impression de me rendre encore plus intéressante à leurs yeux qu'autre chose... C'est donc, véritablement désespérée, que je lançais un regard dans la boîte. Mon regard retomba sur le barman, brève connaissance de soirée, qui semblait plutôt amusé par la situation, grimaçant légèrement à son égard, il consentit à faire dégager les deux gugus. Fallait vraiment que j'apprenne à dire 'non' parfois ça devenait réellement critique ! Je commandais un autre verre, gin-cranberry, tandis que j'accueillais, enfin c'était vite dire, une nouvelle voisine. Un rapide regard, je détournais mon attention. Deuxième fois, je m'attardais un peu plus sur le visage. Kiara Everson. « Je suis désolée, mais, est-ce qu'on se connaît ? » Ouai bien sûr, ça devait sûrement être parce qu'elle ne se rappelait pas du tout de qui j'étais qu'elle s'autorisait à me parler presque aimablement. Je bus une petite gorgée de ma boisson avant de lui répondre. « Oui Kiara, Jayleen O'Connell. Pas sûr que ça t'enchante ou du moins pas autant que moi mais bon. » Je fis accompagné malgré d'un faux sourire, je ne pouvais décemment pas m'en empêcher. Travailler sur ma rancœur, à rajouter sur la liste.
Spoiler:
 

_________________
Jayleen Soon, baby, soon.
(c) Tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Don't you know who I am ?!


MessageSujet: Re: Blame it on the alcohol ▬ Kiara

Revenir en haut Aller en bas

Blame it on the alcohol ▬ Kiara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !» blame it on the alcohol - Summer&Berlioz» Can't Blame White People.» I blame you for the moonlit sky (le 25 juin à 23h)» How to live dangerously in one lesson ~ Kiara-Luka & Lisa
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ultimate VIP ⌘ LA rpg :: ▶ Los Angeles :: » Northeast et San Fernando Valley :: • bar Le VIP-